Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Archives

31 octobre 2008 5 31 /10 /octobre /2008 15:33
Alain Hafner a été l'un des principaux contributeurs de la récente étude "Data Roaming" publiée par l'IDATE.

Cette étude présente les tendances du marché émergent du roaming international pour les services de données sur les réseaux mobiles GSM / 3G, les services et les tarifs proposés par les opérateurs européens. Elle analyse la technologie nécessaire pour proposer ces services de roaming data et les relations entre les différents acteurs : opérateurs de réseaux mobiles, fournisseurs de transit internationaux et clearing houses.

L'étude aborde en particuliers quelques questions clés liées au roaming data :
• description du data roaming et de son fonctionnement

• comparaison du data roaming GSM et du roaming Wi-Fi
• principaux usages du data roaming
• quels services peuvent stimuler le développement du roaming ?
• comment optimiser les services de roaming ?
• offres des opérateurs de transit internationaux et clearing houses
• stratégie des acteurs.
                                
Liens :

Brochure de présentation.
site de l'IDATE  
Repost 0
Published by Alain HAFNER - dans Publications
commenter cet article
19 septembre 2008 5 19 /09 /septembre /2008 22:07

Après le programme national de couverture de zones blanches qui avait été décidé en 2003, on estime aujourd’hui la population couverte en téléphonie mobile à 98,7%.

 Il reste encore 364 communes non couvertes et les opérateurs mobiles se sont engagés à couvrir 80% d’entre elles fin 2010 et la totalité en 2011. Une fois le programme zones blanches achevé la couverture en téléphonie mobile devrait atteindre 99,3% de la population.

Au niveau technique, la couverture des zones blanches a été réalisée selon deux méthodes :
- Mutualisation : plusieurs opérateurs partagent l’infrastructure, chacun installant ses propres équipements actifs et gérant les communications de ses clients.
- Itinérance : l’opérateur « leader » installe des équipements actifs sur l’infrastructure et gère les communications de ses clients et des clients des autres opérateurs.

L'itinérance est la solution la plus économique ; elle est assez simple à mettre en œuvre, puisqu'elle avait été prévue dès le départ dans la définition du standard GSM… si ce n'est, qu'elle avait été "bridée" pour ne fonctionner qu'au niveau international. À l'époque, les opérateurs voulaient éviter d'aider leurs concurrents en les faisant bénéficier de leurs propres investissements.

Le fait que les opérateurs mobiles recourent de plus en plus à la mutualisation d'infrastructures ou au roaming national est significatif d'une nouvelle approche qui privilégie la recherche de réductions des coûts de fonctionnement et des investissements.
 
Repost 0
Published by Alain HAFNER - dans Mobilité
commenter cet article
23 juin 2008 1 23 /06 /juin /2008 10:23
Le développement du haut-débit mobile est particulièrement rapide dans les pays d'Europe de l'Est. Ceci crée une situation intéressante dans la mesure où les réseaux mobiles ont pu bénéficier d'effets d'économie importants, par rapport aux réseaux fixes des opérateurs historiques.

Dans une intéressante analyse, le cabinet Analysys Mason Research montre que le prix de la minute dans un certain nombre de ces pays a évolué jusqu'à être équivalent, voire même inférieur au prix de la minute sur les réseaux fixes. Ainsi le "premium" de la mobilité, qui était encore de 100% environ en 2004, évolue vers 0 à -25%.

On observe maintenant la même tendance pour les packages de transmissson de données mobile par clé USB ou carte de communications, dont les tarifs se rapprochent de ceux des abonnements ADSL.

Repost 0
Published by Alain HAFNER - dans Mobilité
commenter cet article
21 décembre 2007 5 21 /12 /décembre /2007 11:13

Un peu plus de deux  ans après avoir fusionné sa filiale Cegetel avec Neuf télécom, SFR et son actionnaire Vivendi ont pu annoncer le rachat prochain  au groupe Louis Dreyfus de l'intégralité de ses parts dans le capital de Neuf Cegetel, pour un montant de 2,07 milliards d'euros, qui sera suivi d'une O.P.A. sur les parts détenues par le public. Au total, l'opération coûtera  à SFR 4,45 milliards. (Cf. annonces de SFR, Vivendi et Neuf Cegetel).

Frank Esser, président du Conseil d'Administration de SFR, a déclaré : "La phase de mutations importantes que connaît actuellement le secteur des télécommunications renforce les complémentarités naturelles entre SFR et Neuf Cegetel en termes d'activités, de bases de clients, de réseaux et d'équipes…"

Cette nouvelle consolidation est, effectivement, très logique. Neuf Cegetel est l'un des principaux fournisseurs de SFR et SFR son principal client. En effet, Télécom Développement, fusionné avec Cegetel en 2004, lui-même fusionné avec Neuf Télécom en 2005, était depuis 1997 le principal fournisseur du "backbone" de SFR. Le rachat permettra donc à SFR d'optimiser ses coûts et d'améliorer sa marge en internalisant ce réseau.

Le rapprochement apportera des complémentarités en termes de base de clientèle - même si une partie des clients SFR sont peut-être déjà clients de Neuf Cegetel  - mais aussi des économies d'échelle sur la facturation et la gestion clientèle, qui représentent un poste de coût important, après le réseau.

En termes de services, la transformation de SFR en un opérateur intégré lui permettra de proposer de véritables offres de convergence allant au-delà des offres packagées "quadruple Play" actuelles, qui sont encore loin des services intégrés que l'on commence à voir sur le marché.

La convergence au niveau des réseaux et des systèmes sera nécessaire pour offrir de véritables services intégrés. Mais la convergence des réseaux permettra aussi une bien meilleure optimisation, donc une réduction des coûts, et peut-être de nouvelles approches pour la densification de la couverture :  par exemple, l'utilisation de femto-cellules pour améliorer la couverture "in-door" ?

Ainsi, le groupe SFR, "présent dans le fixe depuis 1997" (au départ sous le nom de groupe Cegetel, puis SFR Cegetel) redécouvre l'intérêt des synergies entre fixe et mobile, après avoir longtemps prôné la stratégie "mobile centric" de Vodafone. SFR pourra ainsi répondre à Orange, qui a dans le domaine de la convergence fixe / mobile une certaine avance.

Mais il ne faut pas oublier les synergies en termes d'équipes. Le rapprochement apportera évidemment de profonds changements dans l'organisation, mais il faudra prendre le temps de réfléchir à l'organisation la plus efficace efficace pour fédérer les équipes et répondre aux nouveaux challenges d'un opérateur intégré.

Fort heureusement, il sera plus difficile, cette fois, de justifier un plan social, comme cela avait été le cas en 2005 à l'occasion de la fusion de Neuf Télécom et de Cegetel. En effet, SFR est une entreprise particulièrement rentable et Neuf Cegetel a atteint la rentabilité depuis 2006.

Nous terminerons donc sur cette note d'espoir, à la veille des fêtes de fin d'année.

Joyeuses fêtes et excellente année 2008 !

Repost 0
Published by Alain HAFNER - dans Marché et acteurs
commenter cet article
10 décembre 2007 1 10 /12 /décembre /2007 15:52

Je me suis récemment laissé tenter par un nouveau téléphone mobile un peu sophistiqué, en l'occurrence un assistant numérique communiquant, fonctionnant sous Windows Mobile.

 

Première surprise : certaines fonctions de Windows Mobile, qui étaient disponibles sur mon précédent appareil, ne le sont plus sur le nouveau. Il paraîtrait que c'est normal : le premier fonctionnait sous "Windows Mobile 5.0 PPC Phone Edition GSM", alors que le second fonctionne sous "Windows Mobile 5.0 Smartphone GSM". Apparemment, même le fournisseur de l'appareil n'avait pas compris ces subtilités et ne précisait donc pas ce détail dans ses documentations !

 

Puis, j'ai voulu tester quelques nouveaux services. Nouvelle surprise, la version pour mobiles de "Windows Live Messenger" n'est pas compatible  et ne peut être téléchargée. J'ai dû aussi renoncer à tester le nouveau service Zaoza de Vivendi Mobile Entertainment, mon appareil n'étant "pas compatible avec les spécifications O.M.A.", ou la lecture de code à barres 2D (Flashcode), qui ne fonctionne pour l'instant que sur une dizaine d'appareils.

 

 

Au delà de ces anecdotes, il est important que l'industrie des télécoms -opérateurs, équipementiers, fournisseurs de services - apporte une réponse satisfaisante à cette question de la compatibilité, comme cela a été fait dans d'autres industries, avec par exemple la standardisation des équipements de télévision compatibles HD.

 

Une solution sera bientôt proposée par l'O.M.A., qui est l'Open Mobile Alliance.

L'O.M.A. regroupe plus de 300 sociétés (opérateurs mobiles, fournisseurs d'équipements et de réseaux, développeurs de logiciels et fournisseurs de contenus) avec pour objectif "de faciliter l'adoption globale par les utilisateurs de services de données mobiles, en spécifiant des éléments de services répondant au marché, qui assurent l'interopérabilité des services quels que soient les terminaux mobiles, localisations géographiques, fournisseurs de services, opérateurs et réseaux, tout en permettant une concurrence par l'innovation et la différentiation."

Repost 0
Published by Alain HAFNER - dans Convergence
commenter cet article
10 décembre 2007 1 10 /12 /décembre /2007 15:04

Est-ce une tendance de fond ? de plus en plus de publicités de nos opérateurs préférés ressemblent à des bandes dessinées.

Quelles peuvent être les raisons de cette tendance ?
- désir d'expliquer simplement des choses compliquées ?
- souhait de rendre les offres plus ludiques  ???

On applaudirait d'autant plus volontiers à ces louables efforts, si l'on trouvait sytématiquement, par ailleurs, des fiches descriptives des services et des tarifs, claires et complètes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

NB : cliquer sur les images pour accéder aux présentations des offres.

Repost 0
Published by Alain HAFNER - dans Convergence
commenter cet article
10 décembre 2007 1 10 /12 /décembre /2007 11:56

Il y a un peu plus d'un an, Neuf Cegetel annonçait le lancement de son offre de convergence fixe / mobile, baptisée Twin. Quelques jours après, Orange répondait avec son offre Unik.

S'agit-il là de d'offres semblables, avec seulement une différence amusante dans les noms des offres ? Pas vraiment. Certes, les deux offres permettent de téléphoner en illimité depuis son domicile ou un hotspot WIFI, avec un téléphone mobile bi-mode GSM / WIFI. Mais en fait, ce sont deux approches radicalement différentes qu'ont choisies Neuf Cegetel et Orange.

Unik, c'est un seul téléphone et un seul numéro : le numéro de mobile. Au contraire, Twin offre la possibilité d'utiliser la ligne fixe ou la ligne mobile, et d'optimiser la facture, lorsque c'est possible, en passant par le réseau fixe.

Chez Neuf Cegetel, l'offre permet de bénéficier, sans supplément de prix, du forfait Neuf Box, donc de la téléphonie illimitée vers les fixes en France et vers des destinations internationales. De plus, l'offre TWIN comprend l'accès à une vingtaine de chaînes TV depuis le mobile. Enfin, le téléphone Twin est utilisable sur n'importe quel hotspot WIFI. 

Pour Orange, en revanche, les communications illimitées ont un prix et il faut souscrire à une option, facturée entre 10 € / mois (illimité vers France fixe uniquement) et 20 € / mois (illimité vers les fixes France + mobiles Orange + fixes à l'international - zone Europe, États-Unis, Canada). Un concept finalement assez proche, sur le plan tarifaire, des offres de type "Home Zone" de Vodafone.

Sur le plan technique, Unik utilise la technologie UMA (Unlicensed Mobile Access), permettant l'accès, avec un mobile compatible, aux services de communications disponibles sur le réseau GSM d'un opérateur mobile à partir d'un accès haut débit. L'atout principal de l'UMA est la connexion automatique sur la borne WIFI et le "hand-over", qui permet de continuer sur le réseau GSM une conversation commencée en WIFI à son domicile.

De son côté, Twin utilise le protocole SIP, qui sera au coeur des réseaux mobiles de 3ème et 4ème génération. On peut espérer que, dans l'avenir, les deux services -fixe et mobile - de l'offreTwin seront plus intégrés : messagerie vocale unique, réception des appels fixes sur le téléphone Twin...

 

 

Repost 0
Published by Alain HAFNER - dans Convergence
commenter cet article
7 décembre 2007 5 07 /12 /décembre /2007 16:48

Un peu de sérénité dans un monde des télécoms où tout bouge très vite : une belle image provenant d'une ancienne campagne de publicité d'Alcatel...

Repost 0
Published by Alain HAFNER
commenter cet article
7 décembre 2007 5 07 /12 /décembre /2007 16:46

 

Voyages-sncf.com, l'un des "poids lourds" parmi les fournisseurs de services sur Internet, lance un site adapté à la consultation depuis les mobiles : http://voyages-sncf.mobi/.  

Le site permet la réservation des billets, la consultation des horaires et des promotions.

L'ouverture de ce nouveau service pour mobiles est sans doute un signe que, avec l'arrivée de terminaux 3G et 3G+, l'Internet mobile est maintenant considéré comme un moyen d'accès adapté pour un service de grande diffusion.

Comme son grand frère, voyages-sncf.mobi est gratuit.

Repost 0
Published by Alain HAFNER - dans Mobilité
commenter cet article
7 décembre 2007 5 07 /12 /décembre /2007 12:59

Les offres de convergence fixe / mobile proposées par les opérateurs fixes constituaient, de toute évidence, une menace pour les opérateurs mobiles. Il est donc intéressant de suivre la réaction à ces offres des opérateurs mobiles et, en particulier, de Vodafone, l'un des premiers opérateurs mobiles mondiaux, qui a longtemps prôné une stratégie 100 % "mobile centric".

La réponse de Vodafone s'est portée sur trois axes principaux.

Le premier axe est l'axe tarifaire : pour répondre aux offres illimitées des opérateurs fixes et fournisseurs d'accès ADSL, Vodafone a proposé des offres "Home Zone" ou "Office Zone", avec des communications illimitées depuis le domicile ou le bureau moyennant un forfait. En France, SFR a ainsi proposé "SFR Happy Zone" pour 9,90 € / mois, avec communications illimitées vers France fixe, et pour les entreprises, "SFR One Office", à partir de 30 € /mois.

Plus intéressante encore est l'offre "Vodafone Zuhause", proposée en Allemagne pour 5 € / mois, qui comprend la fourniture d'un numéro géographique permettant d'être appelé à domicile sur son mobile, mais au prix d'un appel vers un fixe.

Le deuxième axe est l'axe de l'accès Internet haut débit ADSL. Après avoir longtemps cru à l'option du "100 % mobile", force a été de constater que l'accès internet à haut débit, depuis un PC, répondait à des besoins spécifiques et complémentaires, auxquels le mobile ne pouvait répondre, même avec l'arrivée du 3G+. Aussi Vodafone a-t-il développé des offres "Box ADSL" et lancé dans certains pays européen une politique de rachat de fournisseurs d'accès ADSL, avec notamment le rachat des filiales de Tele2 en France, via SFR, ainsi qu'en Italie et en Espagne.

L'offre "Box ADSL" de  SFR, à 29,90 € / mois, est très comparable à celles de Free ou de Neuf Cegetel mais, cerise sur le gâteau, elle permet de bénéficier sans supplément de prix de l'option "Happy Zone".

Le troisième axe de réponse a porté sur une l'intégration entre mobile et fixe, qui recouvre un champ assez large de solutions.

Pour le grand public, on peut noter, par exemple, la possibilité de récupérer sur son PC les contenus téléchargés –et donc déjà payés – sur son mobile, ou bien l'adaptation au mobile de la messagerie Microsoft Live Messenger.

Pour les entreprises, c'est avec"SFR One Office", une gamme d'offres pouvant aller jusqu'à l'offre de Réseau Privé Virtuel, intégrant les postes fixes et les mobiles de l'entreprise, dans les différents sites géographiques, avec une messagerie unifiée. Bien évidemment, ces offres incluent des tarifications avantageuses pour les communications internes à l'entreprise.

_______________________

Quelques commentaires, en guise de conclusion.

1.       l'un des enjeux importants de la convergence fixe / mobile était financier et visait à proposer des économies importantes par rapport aux tarifs des opérateurs mobiles ; il s'avère que ces derniers disposent d'une certaine marge de manœuvre pour réagir sur le plan tarifaire, tout en continuant à  proposer les avantages des services de mobilité, qui restent d'un usage beaucoup plus simple que les solutions de convergence, à base de terminaux bi-mode.

2.       L'idée d'un terminal unique, pouvant accéder tout type de service, partout et sur tout type de réseau, qui avait eu son heure de gloire en 2005, semble définitivement abandonnée. La majorité des acteurs s'accordent aujourd'hui sur la nécessité de prendre en compte divers terminaux (téléphone fixe, mobile, PC...) complémentaires et répondant chacun à des besoins et des usages différents.

Dans ce nouveau contexte, la capacité des différents acteurs à proposer des offres intégrées pourrait devenir un facteur de différenciation important. Ce sera sans doute un enjeu majeur de la convergence. Cela signifie-t-il la fin proche des "pure players" dans le fixe ou dans le mobile ?...
Repost 0
Published by Alain HAFNER - dans Convergence
commenter cet article

Articles Récents

Pages

Liens